L’édition 2011 du Power 100 serait-elle politique ?

Pierre Fraenkel, Total Pipo - Total Arnac.

Depuis quelques années, j’ai pris l’habitude perverse de commenter la publication du Power 100. En soit, ce classement réalisé par le magazine ArtReview, a finalement assez peu de valeur, non pas parce qu’il ne serait pas représentatif mais parce qu’il est noyé parmi les nombreux classement et indices apparu depuis l’explosion du marché de l’art des années 2000. Par exemple, il n’a pas l’effet de prophétie autoréalisante que pouvait avoir il y a encore quelques temps de Kunstkompass (la côte de certains artistes allemands lui disent merci!), ni la finesse des analyse de Art Price. Mais comme c’est toujours amusant de décrypter les auto-représentations du monde de l’art, je m’y colle à nouveau cette année.

Habituellement, le jeu du commentaire du Power 100 conciste à relever le nombre d’artistes français présents dans le classement (cf. Beaux arts magazine et Journal des Arts). Comme on se rend assez rapidement compte qu’il n’y a pas beaucoup d’artistes dans le classement, on se met à chercher les « personnalités » françaises. Et, généralement, on ne peut pas en conclure grand chose…

Alors pour qu’un classement fasse le « buzz », pour que les-professionnels-de-la-profession le reprennent, il faut faire un « coup ». Pour les sondages, on sait que pour avoir un résultat « original » il suffit de poser des question un peu tordues aux interviewés (du genre « Pour vous, quel est le meilleurs chanteur français : 1) Pierre Dugenoux ; 2) Manon Maiwi ; 3) Jacques Truglugu, 4) Carla Bruni). Pour les classements, c’est un peu différent car ils tirent leur réputation du panel de personnalités convoquées pour l’établir. Alors le trifouillage ne peut intervenir qu’après, c’est-à-dire au moment où on met en oeuvre une grille de notation.

Quel est le « coup » du Power 100 de cette année? C’est incontestablement la première place du classement occupée par Ai Weiwei !

Ai Weiwei, la personnalité la plus influente du monde de l'art selon ArtReview.

C’est vrai qu’on a beaucoup parlé de l’artiste chinois cette année. Certes, il a été emprisonné dans son pays d’origine pour des motifs relativements troubles, mais de la en faire la personnalité la plus influente du monde de l’art… C’est d’ailleurs d’autant plus drôle (ou cynique, ça dépend de la manière dont on voit les choses) que le monde de l’art a « protesté fermement » contre cet emprisonnement tout en continuant à collaborer plus ou moins directement avec le régime de Pékin, en participant notamment à des foires chinoises où en invitant des artistes soutenus par le régime. D’autres fois, on a pu voir des galeries présenter assez opportunément des solos show d’Ai Weiwei dans les grandes foires internationales en espérant peut être secrètement que l’artiste resterait longtemps en prison, histoire qu’il devienne vraiment culte. C’est vrai qu’avec le monde de l’art, on est relativement habitué à l’agitation politique incantatoire qui ne doit jamais troubler le business as usual!

Comme je ne voulais pas dire (trop) de bêtises sur les intentions d’ArtReview autour de classement du Power 100, j’ai demandé directement à leurs services de m’expliquer la manière dont avait été réalisée l’édition 2011, notamment si ils avaient revu leurs critères d’évaluation, ou si propulser Ai Weiwei en première place était un positionnement politique de leur part. Pour toute réponse, je n’ai eu que cette citation de leur boss Mark Rappolt : « Ai Weiwei’s number one ranking is the direct result of his efforts to expand the territory and audience for contemporary art practice by breaking down the barriers between art and life. Expanding the territory and audience for art is absolutely in line with the magazine’s ethos. » Autrement dit de la belle langue de bois façonnée à l’ancienne…

La première place d’Ai Weiwei est d’autant plus étonnante que le magazine nous laissait penser que le monde de l’art pouvait parfaitement se passer des artistes en mettant le focus de ce classement sur les mega collectionneurs et les patrons de grandes institutions muséales. Somme toute, cela paraissait assez réaliste (si on parle d’influence sur le marché de l’art, il est clair que les artistes ont moins d’influence que ceux qui s’occupent d’échanger leur production) et c’est pour cela qu’on ne comprend plus l’incursion d’un artiste en 1er place. Et même si on essaye de mesurer l’influence de Ai Weiwei, on peut imaginer qu’elle est quasiment nulle à la fois sur l’art (son emprisonnement n’a rien induit sur la marché de l’art, à part peut-être une accélération de sa côte) et sur la politique. Même si il est difficile de se forger un avis sur l’oeuvre d’Ai Weiwei, on ne peux s’empêcher de comparer sa place dans le Power 100 et dans le Kunstkompass ; comparaison qui aurait tendance à quelque peu rendre fantaisiste et marginaliser le classement de ArtReview (du moins, concernant le classement des artistes qui est le coeur de métier du Kunstkompass).

Laurent Jourquin, I Believe I Can Fly, 2010.

Classement des 5 premiers du KunsKompass 2011 :

  1. Gerhard Richter,
  2. Bruce Nauman,
  3. Georg Baselitz,
  4. Cindy Sherman,
  5. Anselm Kiefer.

Edition 2011 du classement Power 100 

1. Ai Weiwei
2. Hans Ulrich Obrist & Julia Peyton-Jones
3. Glenn D. Lowry
4. Larry Gagosian
5. Anton Vidokle, Julieta Aranda & Brian Kuan Wood
6. Nicholas Serota
7. Cindy Sherman
8. Iwan Wirth
9. David Zwirner
10. Beatrix Ruf
11. Gerhard Richter
12. Alfred Pacquement
13. Adam D. Weinberg
14. Carolyn Christov-Bakargiev
15. Marc Glimcher
16. Klaus Biesenbach
17. Eli Broad
18. RoseLee Goldberg
19. François Pinault
20. Marc Spiegler & Annette Schönholzer
21. Mike Kelley
22. Barbara Gladstone
23. Marina Abramovic 
24. Matthew Slotover & Amanda Sharp 
25. Patricia Phelps de Cisneros 
26. Bice Curiger
27. Marian Goodman
28. Peter Fischli & David Weiss
29. Bernard Arnault
30. Nicholas Logsdail
31. Jay Jopling
32. Liam Gillick
33. Ann Philbin
34. Dominique Lévy & Robert Mnuchin
35. Victor Pinchuk
36. Franz West
37. Maja Hoffmann
38. Agnes Gund
39. Tim Blum & Jeff Poe
40. Dakis Joannou
41. Rosemarie Trockel
42. Iwona Blazwick
43. Udo Kittelmann
44. Monika Sprüth & Philomene Magers
45. Matthew Marks
46. Gavin Brown
47. Takashi Murakami
48. Jeffrey Deitch
49. Adam Szymczyk
50. Anish Kapoor
51. Emmanuel Perrotin
52. Okwui Enwezor
53. Boris Groys
54. Artur Zmijewski
55. Michael Morris & James Lingwood
56. William Wells & Yasser Gareb
57. Anne Pasternak
58. Michael Ringier
59. Steve McQueen
60. Sadie Coles
61. Daniel Buchholz
62. Toby Webster
63. Germano Celant
64. Damien Hirst
65. Slavoj Zizek
66. Jeff Koons
67. Thaddaeus Ropac
68. Brett Gorvy & Amy Cappellazzo
69. Tobias Meyer & Cheyenne Westphal
70. Chang Tsong-zung & Claire Hsu
71. Yana Peel & Candida Gertler
72. Christine Tohme
73. Richard Chang
74. Helga de Alvear
75. Walid Raad
76. Bernardo Paz
77. Tim Neuger & Burkhard Riemschneider
78. Massimo De Carlo
79. Mario Cristiani, Lorenzo Fiaschi & Maurizio Rigillo
80. Massimiliano Gioni
81. Dasha Zhukova
82. Vasif Kortun
83. David Hammons
84. Philip Tinari
85. Miuccia Prada
86. Shirin Neshat
87. Jason, Jennifer, Mera & Don Rubell
88. Christoph Büchel
89. Elena Filipovic
90. Sheikh Saud bin Muhammad bin Ali Al-Thani/Sheikha Al-Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al-Thani
91. Maureen Paley
92. Christian Boros & Karen Lohmann
93. Victoria Miro
94. Anita & Poju Zabludowicz
95. Kaja Silverman
96. Johann König
97. Nicolai Wallner
98. Franco Noero & Pierpaolo Falone
99. Leonid Mikhelson
100. Gregor Podnar
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s