Bjarne Melgaard chez Thaddaeus Ropac

bjarne Melgaard4

Bjarne Melgaard est un artiste suffisamment farfelu pour avoir développé une obsession pour la réalisatrice Catherine Breillat, ou plus exactement pour le calvaire enduré par cette dernière autour d’une sombre histoire d’escroquerie dont elle fut victime. D’emblée, il est difficile de savoir si l’artiste norvégien se moque de la réalisatrice tant il en fait des tonnes en t-shirts imprimés et slogans rageusement graffités sur ses toiles. Grotesques en diable, à la manière de cette vidéo d’un fan de Britney Spears implorant les gens de laisser son idole en paix, Bjarne Melgaard s’engouffre dans une plaidoirie foutraque, désordonnée, chaotique, ne pouvant déboucher qu’à une victoire à la Pyrrhus.

Si les poupées de chiffon à l’échelle 1 (réalisées avec l’artiste Susan Cianciolo) sont très anecdotiques, en revanche, les monstres chevelus conçus en collaboration avec le coiffeur Bob Recine sont proprement fascinants. Autour d’un corps envisagé comme une armature en résine, ces mannequins difformes se parent de peinture et d’accessoires disparates (chaussure de football, sacs à main en forme de ballon, collier de perles synthétiques, sucettes, etc.). Ces petits frères de Chewbacca ponctuent l’espace de la galerie de leurs postures grotesques et maladroites, comme de pantins éventrés aux boyaux à l’air.

 

bjarne Melgaard5

bjarne Melgaard3

bjarne Melgaard6

Cette monstruosité, on ne la retrouve que partiellement dans les grands tableaux ou s’agrègent produits de beauté et tubes de rouge à lèvres tenus entre eux à grand renfort de peinture visqueuse. Même si le recours massif aux produits de beauté apparaît rapidement comme un gimmick qui s’épuise dès lors qu’il se répète jusqu’à la nausée — et que la facture a parfois du mal à s’émanciper de la bad painting des années 1980 —, certaines des toiles restent de réels tours de force plastiques. Il en va ainsi de ce tableau cerné de têtes à coiffer ou encore de cette autre œuvre surmontée d’une chevelure démesurée qui barre le visage à la manière du monstre du film Ring. Dégueulant de la toile, l’immonde coiffure finit sa course sur le sol en une flaque capillaire.

Barjne Melgaard

bjarne Melgaard2

Mais les œuvres les plus convaincantes de Bjarne Melgaard sont probablement ses dessins dont certains ont servi de modèle pour la réalisation de pièces plus volumineuses. Ici, aucune concession n’est faite au spectacle facile de l’écœurement que l’artiste maîtrise par ailleurs à merveille. Ses dessins sont trash, mais s’émancipent du Grand-Guignol qu’on retrouve dans les toiles de l’artiste. Il y a des sexes, des orifices et des cheveux évidemment. Les dessins narrent des aventures érotiques entre humains et animaux sur un mode cartoonesque. On ne peut pas dire que Bajrne Malgaad manie la franche rigolade dans ses dessins. Bien plus subtil dans cet exercice, il parvient à y aménager une forme singulière de glauque. Alors tout se joue dans les détails, à l’image de cette patte de girafe tel un sexe mou, vigoureusement saisi par une femme aux lèvres monstrueuses et aux yeux exorbités…

bjarne Melgaard DRAWING24 bjarne Melgaard DRAWING54 bjarne Melgaard DRAWING554

+++

Bjarne Melgaard, The Casual Pleasure of Disappointment,

5 février – 14 mars 2015.

Galerie Thaddaeus Ropac, Paris.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s