économie solidaire de l’art, et si on (re)parlait des choses qui fâchent…

Jim Woodring

Jim Woodring

Un regroupement d’artistes (Pierre Beloüin, Carole Douillard, Thierry Fournier et P. Nicolas Ledoux) lance une nouvelle plateforme de réflexion sur le statut de l’artiste aujourd’hui et sur sa place dans l’économie de la culture.

Il y a une quinzaine d’années, la FRAAP (Fédération des Réseaux et Associations des Artistes Plasticiens) avait lancé une entreprise similaire. Si la FRAAP avait permis de rappeler à chacun l’existence du droit de représentation (et sa non application dans les faits!) et de dénoncer un certain nombre de scandales, les conséquences concrètes, sur ce dossier précis, ont été assez discrètes. Espérons que ce nouveau souffle puisse permettre une réactivation de ce débat ainsi que des évolutions concernant les dispositifs de rémunération des artistes plasticiens.

Je reproduis ci-dessous leur texte-manifeste que l’on peut retrouver sur leur site économie solidaire de l’art et sur leur page facebook.

+++

Au début de l’été 2014, quatre artistes (1) ont lancé sur Facebook un groupe de réflexion sur « l’économie solidaire de l’art », visant à améliorer la situation économique des artistes plasticiens en France. Aujourd’hui, le groupe central s’est agrandi (2) et la page réunit plus de 3800 personnes : artistes, critiques et journalistes, commissaires, professionnels, associations… Ce site prend le relais pour présenter, structurer et discuter ces propositions.

À l’origine et au centre d’une économie de l’art qui donne lieu à une intense activité, les artistes plasticiens et certaines professions artistiques indépendantes travaillent paradoxalement, pour la plupart d’entre eux, dans une grande précarité. Les logiques d’excellence qui régissent légitimement le monde de l’art ne justifient ni le travail gratuit de ses acteurs, ni les décalages exponentiels entre la production des œuvres et la distribution de la valeur qui en résulte. Le projet Économie solidaire de l’art vise à discuter et proposer des dispositifs permettant d’améliorer significativement cette situation, à destination des artistes et des professionnels indépendants du secteur, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés, privés et publics.

En parallèle des réflexions et mouvements menés autour du régime des intermittents du spectacle, qui questionnent plus généralement les conditions de l’emploi partiel et notamment dans la culture, les artistes plasticiens n’ont pour leur part jamais ouvert à grande échelle un débat sur les conditions de leur rémunération et de leur exercice. Nous pensons aujourd’hui possible de dépasser l’individualisme et l’isolement qui prévalent souvent dans ces professions, pour inventer de nouveaux dispositifs solidaires de soutien de l’art contemporain. Le débat est ouvert ; ce groupe invite le plus largement possible les artistes et professionnels de l’art à y participer, en vue de premières rencontres de travail à venir.

Objectifs et inspirations

L’objectif de ces propositions est à la fois éthique et économique. Elles visent à soutenir les artistes plasticiens professionnels (tous médiums, hors spectacle vivant) et les professionnels indépendants de l’art (commissaires, critiques, graphistes indépendants), soit les deux types d’acteurs les plus fragilisés par le système actuel.

Le projet s’inspire aussi d’exemples existants. Au Canada, la charte CARFAC-RAAVgarantit les rémunérations minimales des artistes pour toute intervention depuis 1968. Le label britannique Paying Artists et le projet américain Wage For Workmilitent dans ce sens. En France, on se réfèrera à l’étude Observation participative et partagée des arts visuels en Pays de la Loire, publiée dans le cadre de la Conférence régionale consultative de la culture en 2013, qui aborde les mêmes problématiques. Les réflexions déjà menées par les organisations telles que le Cipac ou la Fraappourraient contribuer à ce projet. Enfin (dans des contextes différents), on peut aussi se référer aux logiques de soutien qui ont été mises en œuvre très tôt par leCNC et le CNL, et qui ont contribué de manière décisive au développement économique des filières du cinéma et du livre.

Un projet en trois volets 

Ces trois volets sont à discuter dans le Forum du site.

  • 1. Création d’une charte de rémunération minimale pour toute intervention artistique en France et garantissant le respect du droit de représentation, lorsque le bénévolat n’est pas initié par les artistes eux-mêmes. On visera également à instaurer un pourcentage pour l’artiste à chaque vente et revente en galeries, ainsi qu’une majoration du pourcentage de droit de suite pour les artistes vivants.
  • 2. Instauration d’une représentation des artistes dans toutes les commissions de bourse, à parts égales avec les financeurs et des professionnels de l’art (critiques, galeristes, curateurs) lorsque ce n’est pas déjà le cas.
  • 3. Création d’un fonds de soutien. Un pourcentage obligatoire, réduit mais constant, de toutes les opérations et productions artistiques en France serait consacré au développement de l’art contemporain : productions, ateliers d’artistes, soutien des artistes et professionnels les plus précaires, renforcement des retraites.
    On entend par opérations : les créations, productions, ventes privées en galeries et salles de ventes, foires, productions, billetteries, musées, vente d’images, reproduction d’œuvres auprès des banques d’images privées et publiques, etc.
    Le revenu des artistes eux-mêmes y contribuerait, dans l’esprit d’un dispositif de solidarité.
 On considèrerait que seraient éligibles à ce dispositif tous ceux qui ont la création artistique pour activité principale (affiliés et assujettis à la Maison des artistes Sécurité sociale et à l’Agessa) et qui ne sont pas salariés, ainsi que les artistes enseignants, préférentiellement s’ils sont vacataires.

Moyens 

La conception économique de ces dispositifs doit intégrer une notion de variabilité qui permettrait une mise en application progressive.

Le fonds de soutien accompagnerait notamment les artistes et professionnels indépendants dont le ratio revenus / charges serait inférieur à un certain seuil, l’aide étant dégressive. Les aides seraient proportionnelles aux recettes du fonds afin que le dispositif ne soit jamais déficitaire. Un pourcentage serait attribué à la caisse de retraite complémentaire afin de revaloriser le point.

La mise en œuvre d’un tel dispositif nécessiterait la création d’une instance professionnelle représentative (ou son adossement à une structure existante), chargée de diffuser, convaincre et négocier auprès des différents acteurs privés et publics de l’économie de l’art en France. L’incitation à participer au fonds de soutien pourrait éventuellement s’effectuer par le biais d’une défiscalisation et d’une fondation, exactement comme le mécénat.

Perspectives

Nous proposons l’organisation d’une rencontre publique qui permettra de donner la parole à des acteurs concernés et/ou spécialistes de ces questions (artistes, structures, associations, économistes, chercheurs, journalistes, etc.), invités à contribuer au projet. Les actes de cette rencontre seraient publiés. On visera ensuite la création d’une association, ou l’adossement à une structure existante.

Notes

  1. Fondé par Pierre Beloüin, Carole Douillard, Thierry Fournier et P. Nicolas Ledoux.
  2. Avec notamment Grégory Chatonsky, Grégory Jérôme, Jean-François Mugnier et J. Emil Sennewald.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s