"Tatillonman, sauveur du curatorship of the woa over the univers" (Max Fécamp)

Je ne m’étendrais pas sur l’exposition qui se déroule actuellement au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, tant elle est plan-plan et  n’offre aucun éclairage nouveau sur l’œuvre passionnante de Jan Dibbets. Mais dans la scénographie, pourtant réduite à sa plus simple expression, une chose a attitré mon attention : le sort réservé aux  écrans.

Dans cette expo, le MAMVP présente les traditionnelles vidéos extraites de l’émission Land Art de la Galerie Gerry Schum (vidéos déjà présentées en 2004 lors de l’exposition « Art, Télévision et Video » alors que le musée était « délocalisé » au Couvent des Cordeliers). Mais depuis 2004, les écrans plats ont envahis notre quotidien et le tube cathodique a disparu des vitrines des Darty et autres Fnac. Alors comment présenter des vidéos sur écran sans trahir le contexte original de présentation de ces œuvres, et en ne faisant pas fuir les jeunes génération avec une technologie datant du « temps des cavernes »  ?

Contre toute attente, la scénographie du MAMVP offre une alternative « rigolote » (je sais que « rigolote » n’est pas un critère esthétique, mais je milite pour qu’il le devienne) : présenter les vidéos sur des écrans cathodiques légèrement bombés (pour le coté vintage 1970′) incrustés dans le mur du white cube (pour faire « écran plat »).

J’admets que cette solution n’est pas la pire. On a récemment vu des œuvres vidéo montrées en projection, ce qui donne un résultat assez catastrophique, surtout lorsque ces vidéos datent des années 80-90 (les « rouges » coulent encore plus, les contrastes sont dégueulasses…). Il est vrai que la MAMVP avait déjà montré les vidéos d’Olivier Bardin de cette manière lors de la fameuse expo « Art, Télévision et Vidéo ». Il avait même poussé le vice jusqu’à intituler cette section de l’exposition « vidéo » (alors qu’il s’agissait de projections!)… mais en 2004, on en était encore au début du Home Cinema !

évolution de la télé (source http://www.awt.be)