L’exposition fantôme d’Arnaud Cohen

Jul

Les Journées Européennes du Patrimoine avaient lieu le weekend dernier, occasion pour le moindre patelin miteux de faire visiter l’emplacement d’anciennes latrines où avait cagué Napoléon non loin d’une prétendue voie gallo-romaine où avait été retrouvé, par un paysan du cru, une rognure d’ongle étrusque très bien conservée… bref, un moment de culture et de partage béni sous les heureux hospices des imbéciles heureux qui sont nés quelque part.

Parfois, des individus proposent d’ouvrir leur « lieu » pour le faire découvrir aux curieux. Parfois, même ce sont des artistes qui profitent de l’occasion pour montrer leurs oeuvres et celles d’amis. Voilà ce que proposait Arnaud Cohen dans sa Coutellerie de Cenon sur Vienne. Dans les règles de l’art, il avait même demandé à deux commissaire de superviser l’évènement (Julie Crenn et Jérôme Diacre) qui avaient invité des artistes (Tania Mouraud, Sans Canal Fixe, Regis Perray, Pierre Fraenkel, Marie Jeanne Hoffner, Black Sifichi, et Arnaud Cohen). Seul hic, la subvention nécessaire au financement du transport des oeuvres n’est jamais arrivée, l’expo en a donc été quelque peu modifiée…

Marcel Broothaers, Musée d’art moderne Département des Aigles Section des Figures, 1972.

Un mal pour un bien, car Arnaud Cohen décide d’en tirer une vidéo particulièrement pertinente. L’artiste propose une visite guidée de l’exposition comme si les oeuvres étaient présentes. Ce n’est qu’après quelques minutes de visionnage qu’on comprend que les oeuvres ne sont pas devant nos yeux et que seul le discours du « médiateur » subsiste. Ainsi, Arnaud Cohen offre une appréhension directe d’une forme de ruine archivée et donc transformée en patrimoine, dans sa pure acceptation romantique. Même si la vidéo s’inscrit dans la « tradition » de la critique institutionnelle au même titre que le Département des Aigles de Marcel Broothaers (1972) visites guidées d’Andrea Fraser (Museum Highlights, 1989), Arnaud Cohen y insuffle un côté home-made non sans charme. Et si c’était ça notre vrai patrimoine !

Publicités

6 réflexions sur “L’exposition fantôme d’Arnaud Cohen

  1. C’est excellent , juste et drôle , joliment subversif …tout pour me plaire ..faites-moi savoir pour la prochaine expo ! merci … AnnA’r

  2. C’est exactement entre l’exposition du vide (Klein) et du plein (Arman) chez Iris Clert où je me trompe ?
    Si en plus on coupe le son, on est au sommet du conceptuel, non ?
    Amitiés
    JP Tafani

  3. Pas tout à fait entre le vide de Klein (qui n’était pas tout à fait vide d’ailleurs) et le plein d’Arman dans le sens où ce que je trouve intéressant dans le travail d’Arnaud est qu’il tire profit de ce qu’il advient (ce que j’ai appelé « artiste opportuniste » dans mon bouquin). C’est aussi pour cela qu’il est passionnant à suivre (j’arrête de te flatter Arnaud sinon tu ne vas plus passer les portes, même si tu les défonces au marteau piqueur ;-).

    Pour les prochaines expos d’Arnaud Cohen, il faut voir sur son site ou celui de sa galerie. Il participera à l’expo « Uplololooad » que j’organise avec Caroline Delieutraz à la galerie 22,48m2 (http://www.2248m2.org/) début novembre (mais elle n’est pas encore annoncées sur le site)…

  4. Hahaha, merci Maxence! Effectivement je ne suis par sur de trouver un bonnet à ma taille cet hiver après de tels compliments. En tout cas je recommande chaudement ton livre à ceux qui ne l’auraient pas encore lu!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s